Membres du groupe

Penny Moody-Corbett (présidente)
Professeure
Division des sciences médicales
École de médecine du Nord de l’Ontario

Formée en physiologie, la Dre Moody-Corbett a obtenu un doctorat de la Faculté de médecine de l’Université McGill et a été boursière postdoctorale à l’École de médecine de l’Université Harvard et au Centre médical Tufts, à Boston. Elle a consacré la majeure partie de sa carrière de chercheuse à l’enseignement, à l’Université Memorial de Terre-Neuve, dont 11 années à titre de vice-doyenne à la recherche et aux études supérieures de la Faculté de médecine. En tant que chercheuse indépendante, elle a étudié l’expression développementale et la distribution spatiale des canaux ioniques sous-jacents aux propriétés électriques des nerfs et des muscles squelettiques. Ses domaines d’intérêt se sont étendus à l’éthique et à l’intégrité, aux politiques de santé, à la recherche axée sur le patient et à la responsabilité sociale.

La Dre Moody-Corbett a occupé plusieurs postes de haute direction, notamment celui de présidente de l’Association canadienne des neurosciences et, dans le domaine de l’éthique de la recherche, ceux de présidente du comité de l’éthique de l’Union internationale des sciences physiologiques, de présidente des comités responsables de l’établissement de l’Autorité d’éthique de la recherche en santé de Terre-Neuve-et-Labrador (projet de loi 23), et de directrice de l’éthique et de la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP) aux Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

À l’École de médecine du Nord de l’Ontario, la Dre Moody-Corbett a joué un rôle de premier plan dans le Projet de recrutement et de maintien en poste de l’Union européenne (Making it Work) et comme membre du réseau de formation pour l’équité en santé (THEnet), une équipe internationale qui fournit des conseils sur des outils permettant de recenser les diplômés des écoles de médecine pourvues d’un mandat de responsabilité sociale.

La Dre Moody-Corbett soutient l’élaboration de programmes de recherche pour professeurs et étudiants au sein de programmes communautaires, des domaines biomédical et clinique, et de projets de recherche dirigés par des communautés autochtones ou réalisés avec leur participation. En 2016, l’Unité des affaires autochtones et de la recherche a coorganisé le Rassemblement autochtone pour la recherche, évènement de deux jours sur les pratiques de recherche autochtone et, en juin 2017, l’atelier Pathways to Well-Being, lequel a réuni des jeunes, des Aînés, des dirigeants communautaires et des fournisseurs de services de santé autour du thème du suicide dans le Nord de l’Ontario, en particulier chez les adolescents et les enfants autochtones.

Thomas Ellis
Professeur
Département de chimie
Université de la Saskatchewan

Thomas Ellis a obtenu son baccalauréat en génie physique à l’Université Dalhousie et son doctorat en chimie à l’Université de Waterloo, auprès du Dr Giacinto Scoles. Comme postdoctorant aux Laboratoires AT&T Bell, il a travaillé au développement de la spectrométrie de pertes d’énergie d’électrons à haute résolution et à résolution temporelle pour l’étude de l’adsorption et des réactions aux surfaces métalliques. Il a établi son propre laboratoire à l’Université de Montréal, où son programme de recherche, de 1985 à 2002, a consisté à appliquer des techniques de spectroscopie vibrationnelle à l’étude des matériaux et des interfaces. Il a ensuite passé deux ans à l’Université Acadia comme doyen à la recherche et aux études des cycles supérieurs.

De 2005 à 2015, il a été directeur de la recherche au Centre canadien de rayonnement synchrotron (CCRS), l’installation synchrotron nationale du Canada. Il avait auparavant participé à l’initiative visant à construire le premier synchrotron canadien, et dirigé le développement de deux faisceaux de lumière infrarouge. Son mandat comme directeur de la recherche a coïncidé avec les dix premières années d’activités scientifiques à cette installation. Au cours de cette période, le CCRS a accueilli plus de 2 500 chercheurs d’établissements d’enseignement, d’organismes gouvernementaux et d’industries de 28 pays, 10 provinces et 2 territoires, a été le théâtre de 40 000 expériences, a reçu 10 000 visites d’utilisateurs et a fourni un service scientifique essentiel pour plus de 1 500 publications scientifiques et brevets.

Revenu à la vie universitaire en 2015 à l’Université de la Saskatchewan, il a occupé des postes par intérim comme chef du Département de chimie et doyen associé des étudiants au Collège des arts et des sciences. Il est un ardent défenseur de l’interdisciplinarité dans la recherche et l’enseignement.

G. Cynthia Fekken
Professeure et Chef de département associé
Département de psychologie
Université Queen’s

La Dre Fekken est professeure titulaire au Département de psychologie de l’Université Queen’s, à Kingston (Ontario), à laquelle elle s’est jointe à l’issue d’un parcours universitaire en psychologie à l’Université Western ponctué par un baccalauréat ès arts spécialisé (1978), une maîtrise ès arts (1980) et un doctorat (1983). Elle y occupe depuis 2001 des postes administratifs divers, dont ceux de cheffe intérimaire et de cheffe adjointe du Département de psychologie, de doyenne associée, doyenne associée aux études et doyenne associée à la recherche de la Faculté des arts et des sciences, et de vice-principale adjointe à la recherche au niveau de l’Université. Depuis 2007, elle est également membre active de l’organisme Administratrices universitaires du Canada, où elle siège au Comité pour l’équité, la diversité et l’inclusion.

Dans le cadre de ses recherches en psychologie, la Dre Fekken s’intéresse aux théories et à l’évaluation de la personnalité, des sujets qu’elle explore dans des chapitres d’ouvrages collectifs et des articles de recherche empirique publiés dans des revues à comité de lecture. Elle a dernièrement évalué les aspects infracliniques de la personnalité connus sous l’appellation « triade sombre ». La majeure partie de ses recherches concerne l’analyse du degré de fiabilité des réponses aux sondages. La Dre Fekken est une psychologue agréée par le Collège des psychologues de l’Ontario depuis 1989 et exerce une activité de conseil auprès de nombreux organismes professionnels, gouvernementaux et communautaires sur les questions d’évaluation psychologique. Dans ses fonctions administratives, elle a participé à l’élaboration de politiques et à la gestion d’études portant sur l’intégrité académique en salle de classe et l’intégrité de la recherche dans l’enseignement supérieur. Enfin, elle a contribué au Forum canadien sur la conduite responsable de la recherche et a animé des causeries et des ateliers lors de rencontres nationales et internationales, dont plusieurs aux Conférences mondiales sur l’intégrité de la recherche.

Abraham Fuks
Professeur
Départements de médecine, de pathologie et d’oncologie
Université McGill

Le Dr Abraham Fuks est professeur aux départements de médecine, de pathologie et d’oncologie de l’Université McGill, où il a obtenu son doctorat en médecine et maîtrise en chirurgie (MDCM) en 1970. Doyen de la Faculté de médecine de l’Université McGill de 1995 à 2006, président du comité d’évaluation pendant 14 ans et agent à l’intégrité de la recherche de 2009 à 2014, il a également travaillé au sein du système hospitalier de l’université en tant qu’immunologue clinicien et de consultant dans trois hôpitaux d’enseignement membres du réseau McGill. Il possède par ailleurs une grande expérience comme chercheur dans des domaines tels que l’immunogénétique, la biologie des tumeurs et l’éthique de la recherche avec les êtres humains et a été professeur invité du Département de médecine sociale de l’Université Harvard de 2007 à 2008. Dans le domaine de la recherche, ses intérêts portent sur les interactions entre médecins et patients ainsi que sur le langage de la médecine et ses structures métaphoriques. Il enseigne aux étudiants en médecine et aux étudiants aux cycles supérieurs. De plus il est co-auteur de l’ouvrage Physicianship and the Rebirth of Medical Education, et en 2021 son livre, The Language of Medicine, a été publié aux éditions Oxford University Press. Le Dr Fuks est membre de l’Ordre du Canada, Associé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé.

Linc Kesler
Professeur agrégé
Institute for Critical Indigenous Studies
Université de la Colombie-Britannique

Linc Kesler est titulaire d’un baccalauréat avec distinction de l’Université Yale en plus d’une maîtrise et d’un doctorat de l’Université de Toronto, tous en littérature anglaise. Il est actuellement professeur agrégé à l’Institute for Critical Indigenous Studies de l’Université de la Colombie-Britannique. Après un séjour d’un an en Chine, il amorce une carrière en enseignement de la littérature anglaise moderne et de la théorie littéraire à l’Université de l’Oregon. À la même époque, il dirige la création du premier département d’études ethniques de l’État et la mise sur pied de services destinés aux Autochtones des États-Unis et autres groupes sous-représentés. De plus, il lance un projet d’histoire orale en collaboration avec un organisme tribal de l’Oregon. En 2003, à titre de premier directeur du programme d’études sur les Premières Nations et les Autochtones de l’Université de la Colombie-Britannique, il ancre le curriculum de celui-ci dans des partenariats de recherche avec des communautés et des organisations autochtones et dans l’utilisation accrue des technologies numériques. Après avoir siégé à des comités universitaires, il devient directeur de la First Nations House of Learning et conseiller principal auprès du président en matière d’affaires autochtones en 2009. Dans le cadre de ces fonctions, il collabore avec divers départements de l’Université à l’élaboration et à la mise en œuvre de l’Aboriginal Strategic Plan de l’établissement et à la création d’entités comme l’Indian Residential School History and Dialogue Centre, le Centre for Excellence in Indigenous Health et l’Indigenous Research Support Initiative. Monsieur Kesler enseigne actuellement la théorie autochtone et l’éthique et la pratique des entrevues sur l’histoire orale. En parallèle, il est à mettre la touche finale à un livre sur le temps et la causalité dans le théâtre anglais moderne. Il est un descendant de la Nation Oglala Lakota de la réserve autochtone de Pine Ridge au Dakota du Sud.

Vincent Larivière
Professeur
Faculté des arts et des sciences
École de bibliothéconomie et des sciences de l’information
Université de Montréal

Vincent Larivière est professeur de sciences de l’information à l’Université de Montréal, où il est également titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante et vice-recteur associé (planification et communication stratégiques). Il est directeur scientifique de la plateforme de diffusion de revues savantes Érudit, directeur scientifique adjoint de l’Observatoire des sciences et des technologies (OST-UQAM) et membre régulier du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST). Ses travaux de recherche portent sur 1) les politiques scientifiques et caractéristiques des systèmes de recherche, 2) les transformations, dans le monde numérique, des modes de production et de diffusion des connaissances scientifiques, 3) les enjeux d’équité, de diversité et d’inclusion dans la communauté scientifique, 4) l’éthique et l’intégrité en recherche. Il possède une formation interdisciplinaire en Science, technologie et société (B.A. UQAM), histoire des sciences (M.A. UQAM) et en sciences de l’information (Ph.D. McGill), et a également effectué un stage postdoctoral en visualisation de l’information à l’Université de l’Indiana à Bloomington.

Rehan Sadiq
Professeur de génie civil
Vice-doyen principal, École d’ingénierie
Université de la Colombie-Britannique, campus Okanagan

Le Dr Sadiq cumule les fonctions de professeur de génie civil et de génie environnemental et de vice-doyen principal à l’École d’ingénierie de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), de même que de codirecteur de l’initiative Digital Learning Factory et du laboratoire de gestion du cycle de vie de la UBC. Chercheur de renommée mondiale dans les domaines de la gestion des réseaux d’alimentation en eau, de l’analyse des risques environnementaux et de l’évaluation du cycle de vie de l’environnement bâti, le Dr Sadiq a signé plus de 550 articles de revues à comité de lecture et de conférences, chapitres de livres et rapports techniques. Il figure parmi les chercheurs en génie civil les plus cités avec plus de 11 000 citations de Google Scholar. Il a été membre et président de nombreux comités et colloques scientifiques, au Canada et à l’étranger, et siège au comité de rédaction de plusieurs revues internationales dans son domaine. Le Dr Sadiq a également reçu le prix du chercheur de l’année 2013 de la UBC, campus Okanagan.

Date de modification :